INFORMATION - COMMUNICATION - SERVICES

Recherche

Eco

Quel chemin pour sortir de la crise ? La relance budgétaire

La relance budgétaire, la relance économique par dépréciation du cours de change et enfin l’assouplissement des conditions monétaires ont été, depuis la seconde guerre mondiale, les trois principales armes utilisées par les autorités pour ramener leur pays sur le chemin de la prospérité. Aujourd’hui cependant, certains mécanismes empêchent le bon fonctionnement de ces outils. En raison de la complexité de chacun, nous n’aborderons ici que le premier, les autres seront publiés dans les prochaines éditions.

La relance budgétaire est la politique que met en œuvre un gouvernement pour agir sur l'économie du pays en utilisant son pouvoir de fixer les recettes de l'Etat et les priorités dans la répartition des dépenses publiques. La dépense publique sert là de détonateur à la croissance future.

Par le passé, cette politique, s’opérait dans un schéma contra cyclique[1]. La baisse des taux d’intérêt consécutive à la crise profitait avant tout aux Etats. En effet, ceux-ci empruntaient massivement, ce qui leur permettait d’obtenir des conditions financières avantageuses. A l’inverse, entreprises et particuliers s’endettaient beaucoup moins, préférant restaurer leur situation bilancielle[2] ou accroitre leur épargne de précaution. Or depuis 2010, le niveau très élevé des dettes publiques dans les pays de la zone euro et la faible perspective de croissance ont semé le doute auprès des investisseurs sur une garantie d’un paiement futur.

En réaction, ces derniers exigent dorénavant des Etats, en contrepartie de leur intervention, des rendements élevés. Cette exigence n’est nouvelle que pour les Etats. En effet, toutes les entreprises subissent de telles contraintes lorsqu’elles présentent potentiellement un risque de faillite. Ceci est un signal clair : l’Etat a déchu de son rôle providentiel, ses finances publiques doivent être gérées en symbiose avec la santé économique du pays et non dans une orientation contra-cyclique.

Or, si l’Etat se voit traité comme une entreprise, il n’en a pas la même réactivité. En effet, une entreprise peut très rapidement adopter des mesures drastiques de restructuration pour retrouver le chemin du profit. En revanche, les décisions des gouvernements produisent des effets observables sur les finances publiques près de deux à trois années plus tard, à quelques exceptions près.

La réaction des investisseurs, qui posent leurs exigences aux Etats fortement endettés, a certainement poussé les gouvernements européens à l’adoption de la « règle d’or »[3]. Celle-ci se présente comme une garantie d’une gestion plus saine des finances publiques mais constitue l’abandon de la possibilité d’utiliser la relance budgétaire dans les périodes difficiles.

Pascal GILBERT, Chroniqueur financier

 


[1] Par contra-cyclique, on entend que l’Etat adopte un cycle contraire à l’économie : en période de croissance, il agit de manière restrictive pour éviter la surchauffe et en période de récession il dépense davantage pour éviter l’effet récessif. Cette technique relève de l’école keynésienne.

[2] Est bilanciel ce qui est relatif à un bilan.

[3] L’expression de « règle d’or » renvoie au principe de l'équilibre des comptes publics dans la loi de finance aux termes duquel, les dépenses et les recettes doivent être égales. Le 12 juillet 2011, l'Assemblée nationale a adopté le projet de loi constitutionnelle destiné à inscrire ce principe dans la Constitution dans les mêmes termes que ceux votés au Sénat. Pour entrer en vigueur, cette réforme constitutionnelle doit désormais être adoptée par le Parlement réuni en Congrès. S'agissant d'un projet de loi constitutionnelle, seul le président de la République peut décider de convoquer le Congrès, sur proposition du Premier ministre.


 

Sud OcSOP
Notice: Undefined offset: 2 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 3 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 4 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 5 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 6 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 7 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 8 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 9 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 10 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 11 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 12 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 13 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 14 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 15 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 16 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 17 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 18 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240

Notice: Undefined offset: 19 in /home/users/v1160/html/modules/Encarts/Encarts.module.class.php on line 240